Qu'est-ce qu'un rebouteux?

Histoire d'un personnage vieux comme le monde


Le rebouteux est celui qui pratique la forme la plus ancienne de la Thérapeutique Manuelle.

Son art, le reboutement, remonte à la nuit des temps et se pratique depuis toujours dans toutes les civilisations et à toutes les époques. Il est transmis par voie orale ou par apprentissage ou relève encore du don. Il permet à celui qui le pratique, de soulager de nombreux maux du corps grâce à un panel de techniques thérapeutiques manuelles large et varié.

Ses gestes peuvent être très diversifiés selon les régions, ou d’un bout à l’autre de la planète. On dénommera ainsi comme renoueur, celui qui agit sur le squelette en effectuant des manipulations vertébrales, ou comme rabilleur, celui qui soigne les entorses, les articulations luxées ou fracturées. Aussi, l’action sur les viscères et organes sera effectué par le videur de vésicule ou le releveur d’estomac. Qu’il soit spécialisé ou non, le rebouteux soulage de manière mécanique et physique. Ceci le différencie des magnétiseurs ou autres guérisseurs, qui pouvant aussi être rebouteux à la fois, agissent plutôt en imposant les mains, en utilisant l’énergie et le fluide magnétique, en récitant des formules, secrets ou prières, en ayant recours à l’usage de plantes, etc.

Le rebouteux est donc l’ancêtre de l’ostéopathe, de l’étiopathe et du chiropracteur. Seulement, ces derniers ne pratiquent qu’une petite partie de ses gestes car son savoir-faire est majoritairement tombé dans l’oubli.

En effet, le rebouteux est souvent un paysan, berger, épicier ou barbier illettré qui soigne de manière empirique, sans sortir des écoles, sans diplôme. Il réalise des manipulations précises mais aussi grossières, brutales qui font parfois mal sur le moment, mais qui guérissent. Ceci lui vaut d’être condamné et interdit d’exercer à une certaine époque par le corps médical, qui le taxe de sorcier, de charlatan, et l’accuse d’employer des techniques dangereuses. Mais il est important de mentionner, que malgré certains plaisantins qui prenaient le nom de rebouteux ou de guérisseur pour se faire de l’argent et abuser des patients qui ont d’ailleurs vite été dénoncé, les vrais rebouteux, eux, n’avaient que rarement d’accident aggravant le cas des patients. Ceci est aussi vrai qu’il est rare que les ostéopathes cassent des côtes quand ils manipulent. En réalité, la condamnation relevait plutôt d’une jalousie. En effet, le rebouteux obtenait des résultats et les cabinets de médecins se vidaient. Il faisait du tort aux médecins de part son efficacité et ses prouesses souvent spectaculaires en matière de guérison. Ceci est une des raisons qui freina la transmission et le développement de sa pratique ancestrale.

Aujourd’hui, parfois encore, le rebouteux souffre d’une mauvaise réputation. Mais de plus en plus de gens se tournent vers lui, force de constater que les résultats sont là. Du côté des professionnels de santé aussi, c’est le cas, de plus en plus le recommande et travaillent même avec lui. D’ailleurs de plus en plus de kinésithérapeutes suivent une formation en reboutement et admettent que leurs résultats sont meilleurs sur leurs patients. Aussi, la présence de guérisseurs-coupeurs de feu dans les hôpitaux, témoigne d’une ouverture d’esprit et d’une prise de conscience élargie à notre époque.

Cependant, il est important de dire à tous ceux ayant des préjugés, appréhensions ou aprioris que ce n'est pas parce qu'un thérapeute pratique telle ou telle méthode qu'il est automatiquement compétent ou charlatan. Il y a des compétents et des moins compétents dans toutes les disciplines. Ce qu’il faut c’est évaluer le thérapeute à ses résultats, aux témoignages, vérifier son parcours, ses connaissances, son expérience. Peu importe que sa pratique s'appelle X ou Y du moment que le thérapeute est efficace.

Si un rebouteux change de nom et s'installe par exemple en tant qu’ostéopathe à Toulouse du jour au lendemain. Et bien il est fort à parier que beaucoup de personnes iront plus facilement le consulter. Il faut donc se fier à son ressenti, au bouche à oreille, etc, et non à un nom. Tout comme il y a de bons et de mauvais médecins, il y a aussi de bons et de mauvais rebouteux.

Revenir à la page Rebouteux à Toulouse